Retour à la liste

Blogue Crakmedia

Qu’est-ce que la gestion de projet
agile en marketing numérique?

Du scrum au sprint… qu’est-ce que la gestion de projet en mode agile?

Des principes et méthodes historiques

Il est quasiment impossible de déterminer quelle question est plus difficile à répondre entre « la poule est-elle venue avant l’œuf? » et « qu’est-ce qu’un projet? ». Une dizaine de définitions pourraient s’appliquer à ce concept, toutes différentes, toutes aussi juste. En général, au sein d’une entreprise, un projet est défini par trois variables formant un triangle presque magique: le coût (ou budget), la qualité (ou le contenu) et le délai (ou le temps). 

Ce sont ces trois variables qu’il est primordial de garder en tête lors de la gestion d’un projet en équipe, peu importe la méthodologie utilisée. Ça, et la satisfaction du client!  

Parlant de méthodes de gestion, explorons en premier lieu une approche différente de la stratégie agile, une méthode bien établie et ayant fait ses preuves depuis maintenant plusieurs décennies: le modèle Waterfall, ou la méthode Kanban.

La gestion en mode Kanban

Malgré qu’il précède la méthode agile de quelques années, le modèle n’en est pas plus désuet ou inférieur. Au contraire, l’approche Kanban est encore utilisée par plusieurs entreprises lors de la gestion de projets en équipe de toutes sortes. 

Le modèle Waterfall, ou méthode en cascade, est très simple: comme son nom l’indique, il s’agit d’une méthode basée sur une progression linéaire des tâches, où chaque phase découle de la précédente dans une suite chronologique. 

Cette méthode est souvent préconisée pour sa simplicité, sa facilité de prédiction du contenu et du temps, sa spécialisation au niveau du travail effectué, et sa capacité de standardisation lors de la création d’un produit.

Par contre, certains ont critiqué cette méthode en raison de son manque de vision commune au sein d’une équipe, sa propension à créer des objectifs intangibles ou difficilement mesurables, et les coûts élevés qui découlent d’un produit qui manque sa cible. 

Lorsqu’un projet est géré en mode cascade et que le produit n’est évalué qu’à la toute fin, il n’est pas rare que le résultat final nécessite des ajustements ou des modifications! C’est exactement ce que vise à éviter une méthode de gestion de plus en plus courante et de plus en plus appréciée par plusieurs agences et entreprises: la gestion en mode agile.

La méthode de gestion agile

Alors que l’approche Kanban mise sur une gestion linéaire et des objectifs clairs et généralement inflexibles, l’agilité est reconnue pour promouvoir une meilleure collaboration entre les membres des équipes, un niveau plus élevé de transparence entre demandeur et réalisateur, et une adaptabilité au changement supérieure aux autres approches. 

La méthode agile repose sur des principes de planification et validation quasi constante, des livraisons de produit partiel qui permettent des ajustements réguliers, et de la rétroaction régulière afin de sauver un maximum de temps et de coûts lors de la livraison du produit final. 

Au sein de ce mode de gestion de projet, la planification est plus importante que le plan lui-même! 

Plusieurs piliers forment la fondation de cette méthode.

méthode de gestion agile

Des buts flexibles

La méthode agile priorise l’idée qu’il est impossible d’établir des objectifs fixes dès le début d’un projet. On priorise plutôt des objectifs flexibles et ajustables, et on met de côté ce qu’il sera possible de développer au cours du projet.

Un backlog

Il s’agit là d’un des blocs fondateurs de cette méthode: le « backlog » réfère à une liste de fonctionnalités organisées selon leur priorité de développement. Cela permet ainsi de mieux prioriser les tâches et d’y accorder les ressources nécessaires selon leur placement au sein de la liste. 

Les membres d’une équipe peuvent donc s’y fier et sélectionner des tâches à accomplir selon leur importance et le temps disponible.

Des sprints

Plutôt que de se concentrer sur un objectif final à long terme, la méthode agile se concentre sur des objectifs à court terme, généralement sur une période de 2 à 4 semaines. Ces périodes de travail sont appelées « sprint » et sont utilisées notamment lors de projets en développement web. 

Ces « sprints », ou itérations forment en quelque sorte des boucles qui se répètent jusqu’à ce que le projet final soit complété. En coupant un projet en ces plus petites bouchées, on assure un ajustement constant et de la rétroaction régulière. On peut ainsi facilement identifier ce qui cloche (et ce qui fonctionne!) dans le développement, test et déploiement d’un élément. Cela permet le développement et la mise en place d’outils plus efficaces, de nouvelles techniques agiles, de ressources mieux adaptées et de rôles mieux définis, au besoin.

Des scrums

Partie intégrante d’un « sprint », le « scrum » (oui, c’est très anglophone tout ça!) est une rencontre quotidienne très brève, généralement autour d’une quinzaine de minutes, qui vise à répondre à trois questions: qu’avez-vous fait la veille, qu’allez-vous faire aujourd’hui, et qu’avez-vous rencontré comme bloqueur. 

On identifie ainsi facilement et rapidement ce qui peut entraver l’avancement d’une tâche, et l’employé bloqué peut ainsi discuter du problème avec le chargé de projet. Après le scrum, bien entendu! 

De nombreuses étapes de rétrospective font aussi partie du processus. Lors de ces discussions, l’accent est mis sur le processus de travail, et non le produit. Les problèmes et écarts sont donc identifiés le plus rapidement possible, et on évite ainsi des conséquences importantes! Les équipes et clients ne s’en portent ainsi que mieux.

Le marketing agile

Alors que la méthode de gestion de projet agile est très courante en développement web, cette approche est un peu moins popularisée en marketing numérique. Pourtant, il s’agit d’un mode de gestion qui se prête très bien à des campagnes marketing sur le web, comme cette industrie partage plusieurs points en commun avec le développement web. 

Par exemple, les itérations rapides, ou sprints permettent d’évaluer l’effectivité d’éléments marketing à plus petite échelle plutôt que de lancer des campagnes d’envergure qui risquent de manquer leur cible. 

On se concentre aussi sur les tests et la lecture de donnée plutôt que des opinions et des conventions préalablement établies. Le marketing est un milieu qui change et évolue à grande vitesse, et la donnée est un outil incontournable dans cette industrie en pleine croissance.

De petites expérimentations permettent de suivre une méthodologie toute simple: voir loin en commençant tout petit.  

On peut ainsi déterminer si on doit pivoter ou persévérer selon les résultats obtenus.

Au final, la méthode de gestion agile en marketing vise à aider à la communication et à la collaboration entre les différentes équipes, même si celles-ci sont autonomes et fonctionnent selon leurs propres besoins.

Des exemples concrets

En marketing, la méthode agile permet concrètement d’accélérer la mise en production de campagnes en se fiant à l’analyse de donnée. Elle permet, par exemple, de se baser sur des campagnes ayant fonctionné par le passé et de la répliquer en apportant quelques ajustements simples. 

Grâce à la rétroaction constante, aux données et aux objectifs à court terme, on peut s’ajuster rapidement le tir et ajouter de nouveaux éléments lorsque les premiers essais sont concluants. C’est à ce moment qu’on peut considérer complexifier la campagne, ajouter du contenu géolocalisé, etc. 

La méthode agile pourrait aussi s’appliquer, par exemple, à l’ajout d’une section blogue au sein d’un site web. 

L’idée serait d’établir un gabarit standard à partir d’une plateforme telle que WordPress et de lancer quelques articles pour établir une ligne directrice. Si ce premier essai fonctionne, on peut alors ajouter une section commentaire, un carrousel vidéo, et autres. 

On évite ainsi de devoir attendre que tout soit prêt et complété, une stratégie très efficace lorsqu’on ignore si les éléments à développer auront l’effet escompté. 

Gérez-vous vos projets en mode agile, en cascade, ou avec une tout autre approche? Que ce soit un projet de développement web ou le projet de rénovation dans votre cour arrière, une chose est certaine: il faut s’y prendre une étape à la fois!

Es-tu ... compatible ? Est-ce que travailler chez Crakmedia est fait pour toi? ?

Réponds à notre quiz
afin de mieux t’orienter
dans tes recherches d’emploi.

Faire le quiz